Clausewitz et la Grande Guerre

J’ai donc terminé l’ouvrage (posthume) de Carl Von Clausewitz « De La Guerre ». 800 pages en version intégrale, 350 en version expurgée !

vom kriee

« Vom Kriege » de Carl von Clausewitz – édition originale en allemand de 1832 (non non ce n’est pas celle que j’ai lue !)

Il faut avouer que lire la version originale est plus ardue mais cela permet à Clausewitz de donner de nombreuses illustrations appuyant son propos. C’est parfois difficile de s’y retrouver car il peut faire appel à certaines batailles mineures du 16ème siècle en Allemagne, mais souvent il s’appuie sur les batailles napoléoniennes, que nous connaissons mieux.

Clausewitz

Carl Von Clausewitz

Je comprends mieux maintenant pourquoi Clausewitz est considéré comme le père de la stratégie moderne.

Son analyse de la campagne de Russie de Napoléon est frappante de réalisme et à de nombreuses reprises, certaines de ses affirmations paraissent des fulgurances qui traversent l’espace et le temps, on croirait ainsi lire une analyse de la guerre de 1870, de la Grande Guerre ou de la 2ème Guerre Mondiale.

Pour vous mettre dans le bain, voici un extrait de « De La Guerre », c’est dès la 2ème page et ça donne le ton:

Livre I – Chapitre 1 – Usage Illimité de la force:

« Dans une affaire aussi dangereuse que la guerre, les erreurs dues à la bonté d’âme sont précisément la pire des choses. Comme l’usage de la force physique dans son intégralité n’exclut nullement la coopération de l’intelligence, celui qui use sans pitié de cette force et ne recule devant aucune effusion de sang prendra l’avantage sur son adversaire, si celui-ci n’agit pas de même »

Voilà qui est clair ! Je ne sais pas ce que vous en pensez, en ce qui me concerne cela m’à fait penser à la première Guerre Mondiale et ses atrocités en tout genre : attaques frontales, artillerie massive, utilisation de gaz (« moutarde » et autres) … A croire que les généraux français et allemands avaient (trop) lu Clausewitz !

Il m’est aussi apparu que tout le monde a lu Clausewitz! En premier lieu nos amis allemands bien sûr, mais aussi les français, les anglais, les américains… et mêmes les russes ! Le plus intriguant est qu’à travers les régions et les époques, beaucoup de généraux s’en sont réclamés tout en mettant en œuvre des stratégies et tactiques différentes.

Pour en revenir à 14-18, il me semble que cela a été le premier conflit mettant en application les concepts les plus radicaux de Clausewitz, et notamment l’usage illimité de la violence, car remporter une bataille contre un ennemi est tel un duel, pour « amener l’autre à se soumettre à sa volonté », et par là que ce dernier abandonne volontairement la partie.

charge

Charge de fantassins, bien alignés

Voyons en effet quelques thématiques mises en œuvre pendant la première Guerre Mondiale.

La recherche d’une « bataille décisive », avec grande concentration de forces et de moyens, qui fera écrouler le front ennemi, et par là obligera l’adversaire à la reddition. Cet engagement sollicitera le gros des forces, et on misera sur la supériorité numérique (et tant pis pour l’effet de surprise).

On recherchera le meilleur point d’application, celui du « fort au faible », et si on ne le trouve pas alors ce sera du « fort au fort ». Il y aura de nombreuses pertes humaines et matérielles, mais la valeur morale des troupes saura faire la différence.

Il est intéressant de noter que Clausewitz ne mise pas tout sur une bataille décisive (ce qui avait fonctionné en 1870 à Sedan – voir Moltke), pas plus qu’il ne fait reposer l’issue d’une bataille sur la différence numérique. Oui bien sûr il évoque la force morale et les aspects psychologiques d’un conflit.

Cela reste étonnant de voir combien de fois, et pas seulement en 14-18, cette opportunité de remporter la bataille décisive a été recherchée ! Pendant la seconde Guerre Mondiale, il faudra attendre le milieu de la guerre, sur le front russe, pour voir apparaitre une nouvelle conception stratégique, développée par Staline et ses généraux, dite de l’Art Opératif, cherchant par une succession de batailles en profondeur à saper tout l’appareil ennemi.

L’avantage de la défense sur l’attaque. Pour de multiples raisons, Clausewitz démontre les avantages dont bénéficie le défenseur contre l’assaillant, d’autant plus s’il se trouve sur son territoire : ravitaillement, confort (tout est relatif), « sens » du combat, soutien de la population, connaissance du terrain…

Tout cela indique qu’une bonne défense peut se faire contre un ennemi supérieur en nombre, et que se trouver dans une position défensive n’est pas un défaut, loin de là.

Encore faut-il que cette défense soit suivie d’une (contre) attaque, car une pure stratégie défensive ne pourra jamais être couronnée de succès! A la rigueur, le temps peut être consacré à la préparation de l’offensive (remilitarisation, concentration de moyen, attaque surprise…).

La supériorité numérique et la recherche du fort contre le faible : il est intéressant de noter que Clausewitz évacue assez rapidement toute notion « romantique » de la Guerre pour se concentrer sur des statistiques issues de l’expérience : pour résumer, pour garantir une issue favorable à une bataille, il faudrait compter 2 à 3 fois plus de soldats que son adversaire.

Ce qui n’enlève évidemment rien au fait qu’il est tout à fait possible de remporter une victoire avec un effectif inférieur, notamment lorsque l’on fait jouer l’effet de surprise.

Une autre idée de Clausewitz et qui a été approfondie – voire poussée à son extrême – par Moltke est la concentration de ses forces sur un point précis de la défense adverse, afin de briser le front et amener la désorganisation de l’ennemi.

Napoléon était un grand spécialiste des charges puissantes de cuirassiers sur le point faible de la ligne de front, avec des résultats probants jusqu’à ce que ses ennemis apprennent de lui (Wellington notamment) … ou que l’artillerie progresse suffisamment pour rendre obsolète la charge d’infanterie et de cavalerie.

Ceci se vérifiera dès 1870 et encore plus en 14-18 : comptant sur sa seule supériorité numérique et la concentration de ses forces, le Maréchal Foch a envoyé des milliers de fantassins français à la mort lors de la tristement connue Bataille de la Somme.

Somme

Soldats sur le front de la Somme

Ironie de l’histoire, cette approche a retrouvé toute sa légitimé en 39-45 avec des généraux comme Guderian et Patton, qui ont vu tout l’intérêt qu’ils pouvaient tirer d’une formation blindée autonome :  démonstration lors du ‘blitzkrieg’ en Pologne et en France, ou en Sicile pour Patton!

FT17

Char français Renault FT17 – Il a participé à la victoire en 1918 et annonce la prédominance de l’arme blindée dans les conflits modernes

Je retiens surtout de Clausewitz son concept le plus novateur, qui fait de lui un « philosophe » de la stratégie militaire : l’incertitude et la friction, c’est à dire le fait qu’il existe un monde entre le plan et son exécution, car le mise en œuvre implique nécessairement des erreurs, des retards, des problèmes de communication…

Comme le dit Clausewitz, même le plan stratégique le mieux préparé en Etat Major peut être remis en question dès le premier engagement, aux bout de quelques heures de combat seulement. En effet, malgré toute la préparation nécessaire, aucune issue n’est garantie et il faut l’audace et la force de caractère (aujourd’hui on parlerait de Leadership) d’un grand chef pour prendre le bonnes décisions, en présence d’informations parcellaires, parfois fausses,  et amener son armée à la victoire.

Pour terminer, à propos de la première Guerre Mondiale, il faut absolument visiter le « Musée de la Grande Guerre » à Meaux! Avec une muséographie moderne et des installations ambitieuses – telle la reconstitution de tranchées françaises et allemandes se faisant face – c’est une visite passionnante et très émouvante.

musée 2

Vue d’une tranchée, comme si vous y étiez !

Il y a notamment une petite salle qui essaie de vous raire ressentir la violence d’un bombardement dans les tranchées… entouré de lumières aveuglantes et de bruits assourdissants,  on sort de là un peu sonné… et ce ne doit être le millième de la réalité. Une approche intéressante que ce musée, qui passe aussi par le ‘ressenti’. A visiter absolument !

http://www.museedelagrandeguerre.eu/

Et maintenant… Lisez Clausewitz !

Clausewitz humor

Publicités

3 réflexions sur “Clausewitz et la Grande Guerre

  1. analyses très intéressantes avec pour motto de bousculer les idées reçues, sans parti pris idéologique ou  » patriotique ». J’adhère totalement!
    Je recommande également, dans ce même esprit,  » anatomie de la bataille  » de John KEEGAN bien que comme toutes les oeuvres de Keegan, il s’adresse à un public « averti » dans le domaine ( ce qui est, à l’évidence, votre cas)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s