Pourquoi il faut (re)lire Clausewitz en 2017

Venant de terminer la brillante biographie consacrée à Carl Von Clausewitz par Bruno Colson, je souhaiterais partager quelques réflexions à propos de ce grand philosophe de la guerre.

bio-clausewitz

En effet, bientôt deux siècles après la rédaction de son ouvrage majeur « De la Guerre » (« Vom Kriege »), édité et paru à partir de 1832, il me parait que sa pensée reste très actuelle et extrêmement pertinente.

Voici trois raisons qui poussent selon moi à lire ou relire Clausewitz:

Parce que la portée de « Vom Kriege » est universelle

On n’invente rien, on innove et on créé à partir de l’existant et c’est ce qu’a fait Clausewitz sur la base d’une solide connaissance historique (il a bien lu Sun Tzu, César, Végèce, Machiavel… et Napoléon!) et – c’est ce qui est nouveau en 1800 – il met à l’épreuve de la réalité du terrain les théories militaires qu’il construit patiemment.

Refusant d’éditer une « boite à outils » à l’attention des militaires, il préfère dégager des principes généraux et laisser au commandant une grande latitude pour adapter ses principes à la réalité des hommes et du terrain.

La philosophie de la guerre telle que conçue par Clausewitz, pour qui la finalité est de servir le plus efficacement possible les objectifs politiques de son pays, est effectivement universelle car elle ne suit pas une idéologie définie.

La meilleure preuve est que l’étude de Vom Kriege fut mise en avant en Prusse, en France, aux Etats-Unis, en URSS, et même en Chine communiste par le propre Mao Tsé Toung!

Parce que Clausewitz aide à mieux analyser les conflits du monde moderne

Dans une époque où on est littéralement bombardé d’informations à la véracité de plus en plus difficile à vérifier, on finit par perdre de vue les enjeux des conflits qui ébranlent le monde contemporain.

Par exemple, on connait tous les jours le nombre de victimes des bombardements en Syrie, mais a-t-on une vision claire des enjeux de chacun ? Que veut la Russie ? qui sont les rebelles syriens, quelles sont leurs causes ? Et les Européens ? Loin de moi l’idée d’apporter la réponse à toutes ce questions mais cela montre qu’il faut prendre un peu de hauteur et considérer les enjeux géostratégiques inhérents à tout conflit (pour cela rien de tel que « Le Dessous des Cartes » sur Arte!).

C’est sur la base d’une volonté politique que les dirigeants définissent une stratégie et engagent les opérations militaires. Et c’est lorsque les buts politiques ont été atteints que le conflit s’achève. Il est donc inutile de fixer son attention sur les aspects tactiques d’un conflit (par ex: telle ville a été prise / libérée / bombardée) si on ne sait pas dans quel contexte les opérations militaires ont été engagées.

Bien que l’art opératif (l’art des opérations militaires) ait été grandement défini et professionnalisé au XXème, par les russes notamment, Clausewitz est l’un des premiers à rappeler la prééminence du politique dans tout conflit armé. La lecture de ses principes permet de clarifier sa pensée et de regarder d’un œil neuf les conflits actuels, qui restent finalement très liés aux comportements humains…

Parce qu’on n’a pas fait mieux depuis!

Les traités de stratégie militaire sont nombreux et le niveau de sophistication d’écriture des auteurs contemporains est indiscutable (lisez Liddell Hart par exemple), il n’empêche que peu d’ouvrages sont accessibles au non-spécialiste (d’où le succès de Sun Tzu aujourd’hui qui est une somme de principes assez simple d’accès) et à ce jour aucun d’entre eux n’a réussi à détrôner la « bible » qu’est devenue « Vom Kriege ».

Sur les 800 pages de l’ouvrage de nombreux passages trop « historiques » sont aujourd’hui difficiles à déchiffrer et certaines formulations paraissent hermétiques. Il existe heureusement des versions condensées (comme celle qui est au programme de Sciences Po) qui rendent la lecture plus agréable. S’il ne faut lire qu’un seul livre sur la stratégie militaire c’est bien celui-là (et voilà de quoi briller dans les conversations de salon ! à éviter au réveillon toutefois pour ne pas plomber l’ambiance).

Ne me reste plus qu’à souhaiter à tous une très belle année 2017 !

* * *

Clausewitz humor

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s